Coupe Gordon Benett : le « chronomètre » remporte la course

Rubrique: Les années folles Commentaires: Un commentaire

Troisième et ultime épisode de notre série consacrée à cette course mythique : derniers préparatifs et la journée du 5 juillet 1905.

Les articles précédents : les concurrents étrangers ; les éliminatoires françaises.

LA COURSE

Le 4 juillet dans la soirée, alors que tout le monde s’affaire et procède aux dernières vérifications d’avant course, un orage très violent s’abat sur les installations, arrache les tentes, culbute tables et bancs… Toute la nuit, les ouvriers vont s’acharner à tout remettre en état.

FILTRE Tempete course 12

Et, le 5 juillet 1905, dès 4 heures du matin, tout est en place !  Mille gendarmes et huit régiments de l’armée sont mobilisés, buvettes restaurants et boutiques sont prêtes à accueillir les 80 000 spectateurs venus de partout.

Les départs vont être donnés toutes les cinq minutes. Des arrêts imposés le long du parcours éviteront aux pilotes de se rejoindre et se dépasser. 6 heures, Théry, vainqueur de la coupe 1904 qui porte le numéro un s’élance le premier.

FILTRE Départ course 5

 

FILTRE Fiat course 7Un départ très rapide, un chrono sur les premiers 1850 m l’atteste :
– 57 s pour Werner soit 116,8 km/h de moyenne départ arrêté ;
– 59 s pour Jenatzy sur Mercedes ;
– 1 min pour Lancia  ;
– 1mn02 Cagno tous deux sur Fiat ;
– les Richard Brasier sont moins véloces avec 1 min 04 pour Théry et 1 min 08 s pour Caillois.

Les Fiat sont les plus rapides, c’est Lancia qui est en tête. Il bat le record tour en 1 h 34 min 57 s, contre 1 h 41 min 07 s pour Théry. À mi-parcours, son avance atteint les 13 minutes d’avance, mais au troisième tour, il serre trop à la corde, un caillou crève son radiateur d’eau, le moteur se grippe ! Tour de la malchance aussi pour Jenatzy sur Mercedes, deuxième l’année précédente en Allemagne, il casse un ressort de suspension et subit plusieurs éclatements et est contraint à l’abandon. Cagno et Nazzario prennent le relais, mais ils ne peuvent résister à la Brasier, Théry roule régulièrement et ne commet aucune faute.

 

 

FILTRE le N 9

De Caters et sa Mercedes salués par les élégantes, il finira septième.

 

FILTRE course 6.jpg mercedes

Lancia et sa Fiat, le plus rapide sur un tour.

FILTRE Jenatzy pneus course 10

Jenatzy, comme toutes les Mercedes, est ralenti par des problèmes de pneus, il abandonnera au troisième tour sur bris de ressort.

FILTRE Fiat gordon.jpg course

Après l’abandon de Lancia, Nazzaro, prend la tête, mais ne peut résister au retour de Théry.

FILTRE cagno fiat

FILTRE passerelle course 9

Jenatzy sous la passerelle de l’hôtel du cratère.

FILTRE Village course 11

Magnifique photo d’époque,Théry et la Brasier dans la traversée d’un village. À noter, le revêtement de la « route ».

 

 

FILTRE arret village

Hieronymus sur Mercedes à un arrêt de réespacement, il abandonnera au deuxième tour.

FILTRE arret espacement

FILTRE arret un chti coup course 8

Les arrêts de réespacement évitent aux concurrents de se gêner. Il faut maintenir les cinq minutes entre chaque concurrent. Le mécanicien en profite pour se désaltérer. La poussière donne soif.

course 3.jpg FILTRE Stand michelin

Arrêts Michelin : piles de pneus et personnel prêt à intervenir.

 

FILTRE brasier stop michelin

Tous s’affairent avec efficacité : ravitaillement, vérifications et changements de pneus pour la Brasier du vainqueur en moins de trois minutes.

 

FILTRE arrivée Thery

L’arrivée de Théry et de Muller, son mécanicien.

FILTRE course les vainqueurs

Théry surnommé « le chronomètre » remporte la coupe à 78, 428 km/h de moyenne. Il acquiert le statut de héros national. Le constructeur Brasier est porté en triomphe.

course 2.jpg FILTRE felicition Michelin brasier

Michelin et R. Brasier se félicitent de leur victoire. Des banquets sont organisés, les équipages récompensés, Richard Brasier reçoit la légion d’honneur.

 

FILTRE affiche

FILTRE course 4.jpg photo vainqueurs

Théry et son mécanicien posent pour la postérité. Véritable héros national, Théry est né le 6 avril 1879 à Paris. Mécanicien-ajusteur de profession, il a débuté en 1898 sur une Decauville, puis il entre chez Brasier en 1904. Il a remporté les éliminatoires et les coupes Gordon Benett et 1904 et 1905. Il est décédé en 1909.

Classement des 18 partants

  1. Théry (fr) Richard Brasier 7 h 2 min 42 s moyenne : 78,428 km/h
  2. Nazzario (It.) FIAT 7 h 19 min 9 s
  3. Cagno (It) FIAT 7h 21 m 22s
  4. Caillois (fr) Brasier 7 h 27 min 6 s
  5. Werner (All) Mercedes 8 h 3 min 30 s.

Douze concurrents sont classés sur les 18 au départ. Temps du dernier sur Pope Toledo : 9 h 51 min 40 s.

 

FILTRE richard_brasier.jpg salon 1905

Le stand Richard Brasier au salon de 1905, la voiture victorieuse est exposée en bonne place.

 

FILTRE plans RichardBrasier1905-01

Au Spirit Racer club, on aime bien les dessins techniques, les plans de la Richard Brasier 1905 à transmissions par chaines.

 

FILTRE plans RichardBrasier1905-02, #2

C’est la dernière coupe Gordon Benett ; elle sera remplacée en 2006 par le Grand Prix de France, premier du nom. Nous en reparlerons.

 

 

Une réponse à Coupe Gordon Benett : le « chronomètre » remporte la course

  • Claude VERRIER  dit:

    Superbe comme toujours

Répondre

Vous pouvez utiliser: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>