Millington a signé trente exemplaires d’une Formula Classic

Rubrique: Monoplaces Commentaires: Pas de commentaire

Faire revivre une F 1 des années cinquante, inspirée des plus prestigieuses monoplaces à moteur avant, long capot et arrière pointu, habitacle échancré où l’on voyait le pilote, c’est une idée de Millington. Trente exemplaires ont été fabriqués dans les années 2000.

 

La Formula Classic respecte la silhouette des plus mythiques anciennes Formules 1, seule entorse l’arceau de sécurité et les jantes en alliage.

 

Millington est réputé pour ses préparations de moteur Ford. Pour « vitaminer » sa Formula Classic, il a choisi un moteur de la série Diamont, un quatre cylindres à double arbre à cames en tête, deux carburateurs Weber 50, 2,5 l de cylindrée, 280 CV de puissance. Pas mal pour une propulsion d’une demi-tonne !

Le fameux moteur Diamont, deux ACT et courroie crantée.

 

Le bloc moteur est en alu, le graissage est à carter sec.

Une boite de vitesses Borg Warner type LT 5 transmet la puissance au pont arrière d’origine Sierra équipé d’un différentiel Tilton et d’un radiateur d’huile.

Le pont arrière et son radiateur d’huile.

 

Le réservoir d’essence est à l’arrière, bien protégé par l’arceau.

 

Les freins sont des AP racing de Formule 5000, à quatre pistons pour l’avant et deux pour l’arrière. Un pédalier Tilton se répartit de part et d’autre de la boite de vitesses ; les suspensions sont à quatre roues indépendantes avec des combinés ressorts amortisseurs réglables.

Comme à l’époque le levier de vitesses est entre les jambes du pilote,  une housse le protège de la chaleur de la boite, le pédalier est suspendu.

Sparco fournit le siège baquet, les harnais sont des Willans, le tableau de bord est un Starck comportant toutes les indications de régime moteur, température et pression d’huile.

Des séries de courses sont organisées sur le circuit de Donnigton, le châssis est une robuste structure multitubulaire fabriquée par Arch Motor le N ° 1 anglais de fabrication de châssis tubulaire.

 

 

 

Les supports moteurs.

 

Le support du siège baquet est un peu surélevé pour le passage de l’arbre de transmission, l’emplacement du pont arrière se situe à gauche sur la photo.

 

Le compartiment moteur, sans l’unité de puissance comme on dit maintenant. Noter la cloison pare-feu prise en sandwich entre le moteur et le carter d’embrayage.

 

Le problème des monoplaces à moteur avant est le passage de la colonne de direction à côté du moteur, d’où les cardans et le palier intermédiaire fixé sur la culasse, la direction est à crémaillère.

 

La carrosserie en polyester est constituée d’un plancher, d’un capot avant et d’une partie arrière avec l’habitacle. Un solide arceau de sécurité vient protéger le pilote.

Toute la mécanique est accessible en enlevant le capot avant et la pointe arrière.

On en trouve d’occasion en Angleterre ; il faut compter environ 14 000 €.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Répondre

Vous pouvez utiliser: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>