Lancia D 50 : quand une faillite vous débaptise !

Rubrique: Non classé Commentaires: Pas de commentaire

La Lancia D50, dessinée par Vittorio Jarno en 1953 court en F 1 de 54 à 55. Conséquence de la faillite de Lancia, les D50 sont offertes à Ferrari et participent au Championnat du monde de F1 de 1956 sous le nom de Ferrari D 50. En 57, elles sont nommées Ferrari 802

 

Les réservoirs latéraux essence et huile permettent un meilleur centrage des masses et améliorent la tenue de route et la maniabilité.

 

Nouvelle silhouette, aisément reconnaissable avec les réservoirs latéraux.

 

Beau geste bras croisés du pilote Ascari.

 

 

 

 

 

 

Comme d’habitude sur notre site Spirit Racer : les plans

 

 

 

 

Châssis tubulaire, les tubes principaux font 35 mm de diamètre ; moteur avant, boite pont arrière quatre roues indépendantes et moteur porteur, ce qui explique l’absence de tubes à l’emplacement de ce dernier.

 

Vue de dessous d’une maquette de la D 40, le moteur avant est en biais de 12°, l’arbre de transmission vers la boite-pont transversale passe à la gauche du pilote, ce qui permet et de l’assoir plus bas. Suspensions par ressorts à lames avant et arrière.

 

Maquette vue de dessus, le moteur est vraiment en biais !

 

 

  • Longueur : 3,85 m
  • Largeur : 1,44 m
  • Hauteur : 0,96 m
  • empattement 2,29 m
  • voie avant 1,27 m, arrière 1,25 m
  • roues Boranni à rayons 5.50x 16 et 700 x 16
  • le poids évoluera de 645 à 600 kg.

 

 

Pour un bon équilibre des masses, l’ensemble boite pont ZF est à l’arrière, la boite de vitesses est transversale, une belle pièce de fonderie, le différentiel est autobloquant.

 

Les vitesses maxi sont de 100 km/h en 1re, 140 en 2e, 190 en 3e, 250 en 4 et 300 en 5e.

 

Le moteur est un V8 de 2500 cc, compact et léger, c’est le premier V 8 de F 1, il est aussi porteur et participe à la rigidité du châssis.

 

Double allumage et quatre carburateurs double corps.

La mise au point est longue et coûteuse, Lancia se débat dans de grosses difficultés financières.

 

 

 

 

 

Alberto Ascari, le pilote N 1, victime d’une sortie de route au GP de Monaco, plonge dans le port. Il est sauvé de la noyade par les pompiers plongeurs, qui lui offrent une bouée de sauvetage et le diplôme de membre honoraire, malheureusement huit jours après, il se tue en essayant une Ferrari 3000 sport.

 

 

 

Suite à la faillite de Lancia, un groupe financier offre le tout à Ferrari (toujours avec V. Janno), le moteur est modifié, l’alésage passe de 74 à 76 mm et la course est réduite de 72 à 69,5 mm. C’est un super carré d’environ 265 CV à 8500 t/min. Le régime maxi est de 9000 t/min. Le carburant est composé de 50 % d’essence aviation de 130 d’octane, de 25 % essence et de 25 % de méthanol, les suspensions sont modifiées ainsi que les freins.

Le réservoir d’essence migre à l’arrière, les pontons latéraux servent de carénage aérodynamique aux échappements.

 

 

 

 

Sorties d’échappements.

Évolutions de carrosserie

 

Calandre plus fine et carénage des roues.

 

Reconstruction

 

Carénages latéraux

 

 

 

 

 

Gros freins à tambour avec ailettes de refroidissement, trous d’aérations et d’évacuation des poussières.

Ultime évolution la Ferrari typo 801

Moteur poussé à 275 cv et carrosserie plus étroite avec la suppression des réservoirs latéraux.

Répondre

Vous pouvez utiliser: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.